Dans quelques jours, nous finirons l’assemblage des premières montres de la Collection Union. Malheureusement nous avions dû annoncer un léger retard, mais nous nous sommes activés pour raccourcir au maximum les délais de livraison de vos montres, notamment grâce au service express. Alors avant cette dernière délicate ligne droite, petit retour en arrière lorsque nos horlogers ont récupéré toutes les pièces séparées : cadrans, boitiers, aiguilles, sans oublier les mouvements afin de les assembler et d’en faire vos montres. Aujourd’hui, nous partons du principe que vous avez suivi toutes les étapes de la fabrication de votre montre, donc à présent, que diriez-vous de découvrir comment nous les assemblons ?

Commençons par le commencement, en face de nous, nous avons les différentes pièces nécessaires à cette étape finale.

Production et assemblage montre automatique Collection Union Beaubleu Paris

Phase 1 : Assemblage et réglages du mouvement

Pièce maitresse de la montre, le mouvement est composé d’une centaine de pièces qui une fois assemblées, doivent respecter une précision bien définie. Chaque mouvement doit être gravé avec le logo et nom de la Maison (sur le balancier), vérifié, puis réglé à l’aide raquette de réglage. Une fois cette opération terminée, nous pouvons passer à la pose du cadran.

Beaubleu Paris production et assemblage des montres de la Collection Union avec mouvement automatique

Phase 2 : installer le cadran sur la platine

La première étape de l’assemblage des montres de la Collection Union consiste à ajouter les aiguilles au cadran. Pour se faire, nous plaçons les deux pieds au dos du cadran dans la platine (ici, il ne s’agit pas du matériau mais de la plaque de base qui soutient l’ensemble des composants du mouvement automatique). On place ensuite la tige de remontoir à 3 heures. Il s’agit après de visser les vis au flan de la platine, dans les trous correspondants. Durant cette phase, il faut faire très attention aux pieds du cadran qui sont fragiles, il ne faut surtout pas forcer.

Phase 3 : la pose des aiguilles rondes sur le cadran

Pour cette seconde phase de l’assemblage de la Collection Union, processus délicat, nos horlogers s’arment de toute leur patience, et d’un chasse aiguille. La première étape consiste à aligner l’aiguille des heures bien en face du 12. Ici, la difficulté est de poser l’aiguille proche du cadran, sans pour autant qu’elle touche les index. Ensuite, notre horloger fait plusieurs tours pour vérifier que rien ne l’empêche de tourner.

Pour l’aiguille des minutes, nous répétons la même opération. Il faut qu’elle soit presque collée à l’aiguille des heures (0,2 mm), sans la toucher. La difficulté avec nos aiguilles rondes réside dans son positionnement face au 12 et sans les plier. Puis nous effectuons les tours de vérification comme l’étape précédente.

Pour vérifier le placement des aiguilles, l’horloger les place à 18h. Si les 2 aiguilles sont parfaitement alignées, la pose des aiguilles a été correctement effectuée, et nous pouvons passer à la pose de l’aiguille des secondes. En revanche, si elle n’est pas correctement effectuée, il faut retirer les deux aiguilles à l’aide d’un cache cadran et un chasse-aiguille, indispensable pour éviter les rayures.

Une fois les vérifications faites, il est temps de passer à l’aiguilles des secondes, la plus grandes des aiguilles circulaires. Celle-ci n’est pas dotée d’une pastille à son extrémité contrairement aux deux autres aiguilles, et c’est à ce moment qu’on ressent vraiment toute la concentration de nos horlogers. Il faut la manipuler avec douceur pour ne pas risquer de la plier, et il faut la positionner à sa bonne place. C’est un processus méticuleux car les horlogers doivent faire preuve de délicatesse afin de ne pas endommager l’ensemble.

Production, assemblage et pose des aiguilles rondes sur le cadran de montre de la collection Union Beaubleu Paris dans notre atelier horloger

Lorsque les trois aiguilles circulaires sont impeccablement placées, nous vérifions la propreté du cadran, du boitier et du verre. On enlève les traces de doigt et dernières poussières à l’aide d’un Rodico et d’un chiffon microfibre.

Phase 4 : assemblage

Vous l’aurez compris, avant et après chaque manipulation, il faut nettoyer la pièce car si une poussière est coincée dans un des éléments, il faudrait démonter entièrement la montre.

Ensuite, nous retirons la tige de remontoir et nous plaçons le mouvement automatique dans le boitier. Lors de cette étape, il faut bien faire attention au sens dans lequel le mouvement est positionné. En effet, l’espace qui accueille la tige de remontoir doit être en face des 3h heures. Afin de maintenir le mouvement pour continuer l’assemblage, nous remettons la tige de remontoir, juste après la vérification propreté (encore, et oui il faut bien prendre toutes ces précautions pour éviter des petits problèmes plus tard). Le mouvement automatique est bien propre et il est temps de l’installer dans le boitier sans oublier le cercle d’emboitage qui permet de maintenir le mouvement à sa bonne place. Nous pouvons donc fermer le boitier avec 4 vis dans le fond de boite.

Production et assemble du mouvement automatique de montre de la collection Union Beaubleu Paris dans notre atelier horloger

A présent, il va falloir couper la tige de remontoir à la bonne longueur puis on lime et on y visse la couronne, sans forcer, tout est une question de délicatesse et douceur en horlogerie.

Allez, encore une petite dernière vérification pour les poussières et traces de doigts. Et l’assemblage sera enfin terminé, il ne reste plus qu’à ajouter votre bracelet.

Un bracelet interchangeable avec boucle déployante pour la Collection Union

En parlant de bracelet, faisons une petite parenthèse avant de conclure. Étant équipé d’une pompe flash, il est facilement interchangeable chez vous et sans outil. De plus, pour la première fois, nous proposons les bracelets avec une boucle déployante. Qu’est-ce que ça change ? Pas mal de choses, mais surtout ce type de boucle rend le bracelet plus durable en l’abimant moins étant donné qu’une fois réglé, plus besoin de le toucher. Les boucles déployantes sont assorties au boitier, Or Rose pour l’Audace et l’Olympe et Acier pour les autres modèles.  

C’est donc sur cette note que se termine notre carnet de la production. Vous êtes maintenant fin prêt pour jouer votre rôle d’ambassadeur et connaisseur d’horlogerie. Nous continuerons à partager avec vous toutes les étapes de notre belle aventure et bien sûr si vous avez des questions ou souhaitez des précisions sur certains points, nous nous ferons un plaisir d’y répondre. N’hésitez donc pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

A présent, il est temps pour nous d’assurer la fin de l’assemblage et de finir les contrôles avant l’envoi à nos chers nos Ambassadrice et Ambassadeurs (réception avant Septembre).

En vous souhaitant des heures merveilleuses

L’équipe Beaubleu

Les montres de la Collection Union sont toujours en cours de production, mais en parallèle nous nous occupons d’un tout autre détail. Depuis qu’elles sont passées de la poche au poignet, les montres ont besoin de bracelets s’enroulant à votre poignet.

Notre Collection Union est donc proposée avec trois bracelets en cuir, bleu, noir ou vert, dont les détails exotiques, révèlent une véritable personnalité aux montres. Notre particularité ? Chaque bracelet est fabriqué à la main, il est ainsi rendu vraiment unique (on a presque envie de dire unique au monde).

16 juin 2020

La fabrication de nos bracelets a commencé. Les peaux sont achetées brutes, puis préparées et tannées sur place. Comment ça se passe ? Les peaux vont subir différents traitements, réalisés par des machines spécifiques (et traditionnelles).  Ces machines sont indispensables pour l’affinage de la peau et son tannage.

Bien sûr comme pour chaque élément de la montre, certaines pièces de cuir n’ont pas la qualité nécessaire à la réalisation de nos bracelets, il faut donc les enlever définitivement de la chaine de production. L’équipe s’affaire donc à déceler les rayures et tâches sur les peaux pour garder uniquement les pièces de la meilleure qualité.

Après avoir sélectionné les pièces que nous utiliserons pour faire les bracelets, il faut teindre les peaux pour obtenir les couleurs de nos bracelets : vert, bleu et vert. Ensuite, il s’agira de réaliser les détails alligator, pour les bracelet noir et bleu, et téju pour le bracelet vert.

Lorsque nous avons les couleurs et détails souhaités, les peaux sont polies afin d’obtenir la meilleure finition possible et protéger durablement le cuir.

24 juin 2020

Une fois les cuirs rangés, nous entamons la découpe des peaux dans les meilleures parties ainsi nous obtiendrons les différents éléments qui vont constituer le bracelet.

Si vous ne le saviez pas, un bracelet se compose d’une peau minutieusement sélectionnée sur le dessus et d’une doublure en cuir impérativement traitée pour être biocompatible (hypoallergénique entre autres). Entre ces deux lamelles de cuirs, nous plaçons un renfort indéchirable afin de rendre le bracelet, non seulement plus confortable, mais aussi plus durable dans le temps face à l’usage quotidien. Ces trois éléments sont donc tout d’abord collés, puis cousus individuellement à la main.

Afin de réaliser des coutures ton sur ton solides, nos artisans du cuir se servent du point sellier. Il s’agit ici d’avoir une aiguille à chaque extrémité du fil, puis on fait passer alternativement un fil au-dessus et un fil en dessous à chaque point.

La touche finale est l’application (à la main toujours) d’une résine de couleur afin de protéger la tranche du cuir. Pour les bracelets bleus et verts, nous avons choisi une résine d’une couleur bleu azur, pour un contraste toujours plus prononcé.

30 juin 2020

A présent, il faut faire une découpe dans le bracelet afin de pouvoir insérer la pompe flash. Elle vous permettra ainsi de changer votre bracelet plus facilement chez vous, sans outil.

Bien sûr ce processus de fabrication du bracelet se conclut par un contrôle qualité avant de les recevoir à l’Atelier, où ils seront ensuite ajoutés aux montres quand celles-ci seront assemblées, selon les choix que vous avez faits.

Seconde étape de la production, la fabrication des boitiers de la Collection Union. Dans l’article précédent, vous avez pu découvrir comment les cadrans ont pris leur forme plate ou incurvée. Aujourd’hui vous allez découvrir la suite du journal de bord avec cette fois le savoir-faire autour des boitiers.

Avant de commencer, il faut savoir que nos boitiers ne sont pas conçus comme n’importe quels boitiers. Généralement, les cornes sont parties intégrante du boitier, mais chez Beaubleu, les cornes viennent l’encercler et se visser à l’intérieur du boitier. Les défis qu’implique notre design résident donc dans l’ajustement des pièces et du traitement des surfaces. Un processus passionnant mais pas sans risque…

18 Avril 2020

Nous commençons donc la fabrication des boitiers. Autant vous dire que, pour l’instant, ce sont de simples blocs d’acier. Le chemin va être long avant d’en arriver à la pièce finale… Pour passer de l’ébauche à la pièce finalisée, nous devons suivre différentes étapes entrecoupées par des opérations de mesures et de recuisson du métal.

La première étape pour faire la carrure consiste donc à modeler la pièce brute. Un simple bloc qui va successivement être compressé et aplati une dizaine de fois à l’aide de laminoirs – machines constituées de cylindres en acier trempés. Cette phase a un impact sur la qualité du métal pour le rendre compact, solide et modelé au plus prêt de la forme finale. Bien que cette étape puisse paraître grossière, chaque pièce devra passer un premier test de dimension stricte, car chaque variation se verra sur le produit final… La tension commence à monter !

5 Mai 2020

Nous sommes aujourd’hui à l’atelier pour contrôler les premières pièces de cette étape : l’étampage. Nous discutons avec nos artisans des différentes difficultés rencontrées et les solutions choisies.

L’opération d’étampage, qui s’apparenterait à un découpage, consiste à mettre en forme la carrure par un poinçon qui vient écraser la matière. Répétée plusieurs fois, le métal trouve sa forme progressivement. Entre chaque étampage la pièce est recuite et de nouveau remesurer.

On commence à apercevoir les premiers éléments d’une montre Beaubleu tel que les cornes. Ces dernières sont travaillées séparément de la carrure et elles ne sont aujourd’hui qu’une silhouette du design. On reste sans pitié face à la qualité alors chaque pièce est recuite et remesurer. Les pièces non conformes sont retravaillées ou entièrement refaites.

18 Mai 2020

Une fois l’étampage fini, la pièce est maintenant prête à être usinées. Le processus d’usinage est une étape importante et un raté à ce niveau de la fabrication peut entrainer des coûts conséquents. Cette étape consiste a sculpté la forme finale des pièces en se focalisant sur l’aspect mécanique, c’est-à-dire s’assurer du placement et du perçage pour la visserie, l’ajustement des pièces entre-elles (cornes, boitiers et mouvements) et la qualité des formes (chanfreins, congés, courbes et aplats).

Beaubleu collection union boitier d'une montre automatique aux aiguilles rondes encerclé par une corne
Mise en place d’une corne évidée qui encercle le boitier.

A cette étape, il n’y a plus de doute, nous avons bien devant nous les pièces Beaubleu. Les cornes sont évidées à l’aide d’un bras capable de se positionner sur 5 axes. Cette technique appelée généralement « usage CNC 5 axes » est destinée aux petites séries, de plus dans notre cas, il s’agit de la technique la plus poussée pour obtenir le résultat escompté. La finesse des cornes et leur position sur la montre doivent être traités à la fois par une machine commandée par ordinateur puis ensuite retravaillé à la main. Alex, spécialiste de l’usinage, nous résume en rigolant sa journée : « Vos cornes sont belles…mais quel enfer à réaliser ». Pour ne rien gâcher, même usinée par des machines précises au dixième de millimètre, chaque pièce est remesurée et refaite depuis le début si considérée comme non conforme… la tension est palpable dans l’atelier 

30 Mai 2020

Nous le savions, mais l’étape d’usinage étant extrêmement délicate, un grand nombre de pièces ne se sont pas conformes : déformations de certaines pièces à cause d’une variation du métal, découpes trop grandes et bien d’autres « plaisirs » inattendus. Alors on reste calme … et on recommence. Pour l’instant, cela n’impacte pas sur les délais de production, c’est déjà une première victoire pour aujourd’hui.

10 Juin 2020

Après la frayeur des derniers jours et de l’assouplissement des conditions de travail du Gouvernement face au Covid-19, nous entamons aujourd’hui la plus belle des étapes : le traitement des surfaces. Nous sommes passés d’un grossier bloc d’acier à une montre brute, il est donc temps de donner l’aspect final du métal de la collection Union : grainé et poli. Dans un premier temps, toutes les pièces visibles sont placées dans une caisse étanche où sera projetée, à grande vitesse, du sable très fin. L’abrasion de l’acier donnera alors cet aspect grainé, presque poudré. Le défi ici est de contrôler au mieux la taille des grains pour obtenir un grainage homogène et délicat.

16 Juin 2020

Il est temps de passer à l’étape du polissage. A l’aide d’un tour, les pièces sont polies en faisant extrêmement attention à ne pas dépasser sur les surfaces grainées. Malgré le bruit sourd des machines, l’atelier est plongé dans un silence religieux, chaque artisan est concentré. Un seul mouvement peut endommager la surface sablée et si cela est le cas, nous devons recommencer le sablage complètement.

Un autre élément doit être pris en compte : la qualité de surface. Hormis l’absence de rayure, les experts qualité et notre designer Nicolas vérifient comment la lumière et l’environnement s’expriment sur la montre. C’est comme pour une carrosserie de voiture, le dessin des reflets va vous indiquer si la pièce est « voilée », concave ou convexe. C’est clairement une question d’expérience à ce niveau là, car si on enlève trop de matière au polissage et c’est l’assurance de recommencer la pièce depuis le début.

Il y a une mention spéciale pour les cordes évidées. Comme aucun outil motorisé n’est assez petit pour polir l’intérieur, les finitions sont réalisées entièrement à la main. Pour le moment, les choses avancent bien, quelques rebus, comme pour toute production horlogère, sont constatés, mais rien d’alarmant.

17 juin 2020

Petit contrôle de routine sur les premières montres en acier. Les angles des pièces sont bien maîtrisés et on se voit dans les surfaces polies. Quelques pièces ont été retravaillées pour se conformer à nos exigences de qualité. Il reste encore aujourd’hui différentes étapes comme le traitement de certains modèles comme l’Audace ou l’Olympe de la ligne Rive Gauche et évidemment l’assemblage final. En attendant nous nous concentrerons sur nos fameuses aiguilles rondes et leur processus de fabrication n’aura presque plus de secret pour vous.

Après 35 jours de précommandes remplis de succès, nous voilà maintenant à quelques jours du lancement de la production. Comme une veille de rentrée des classes, nous vérifions une centième fois tous les éléments qui nous serviront à bien démarrer cette phase importante. Bien que cette étape de production soit intense (qualité et livraison), nous allons partager avec vous la naissance de vos montres et la fabrication de la Collection Union, des premiers blocs d’acier jusqu’à l’assemblage de vos bracelets en passant par la confection des aiguilles circulaires.

Un rendez-vous que nous aurons ensemble environ tous les 15 jours sur les différentes plateformes (site internet, Facebook, LinkedIn, et Instagram) afin de connaître toute la beauté et l’exigence de la production de nos montres Beaubleu.

Pour commencer, nos artisans démarreront avec la partie la plus exigeante : le boîtier. Pièce maîtresse de la montre, elle devra accueillir – au 0,01 mm près – des éléments comme le mouvement, le cadran ou bien même le bracelet. A la suite, nous effectuerons une validation minutieuse des dimensions du boîtier pour assurer la production des autres pièces.

Dans un premier temps, toutes les pièces seront produites sous forme brute puis s’affineront au fur et à mesure des semaines, à l’image du cadran qui passera d’une pièce de métal granulée à une laque fine et lisse. Nous ferons un tour ensuite chez notre artisan du cuir pour la sélection des peaux qui serviront à la confection de vos précieux bracelets en cuir véritable italien. Comme rien n’est linéaire dans une production, nous vous guiderons sous forme d’un journal de bord chez nos différents artisans et partenaires professionnels.

En tant qu’Ambassadrice et Ambassadeur de la Maison, vous serez donc informé sur toutes les étapes importantes de la confection de votre montre, du design de la montre aux finitions apportées à votre montre.

Vous le savez, depuis le début nous construisons Beaubleu avec notre communauté, fidèle avec un enthousiasme sans faille. C’est ainsi qu’à travers ce journal de bord, nous vous intégrons encore une fois, à part entière, dans l’aventure pour suivre les différentes étapes de l’histoire de nos montres.

En vous souhaitant des heures merveilleuses,

L’équipe Beaubleu