Vous avez été nombreux à nous poser des questions relatives au mouvement automatique que nous avons choisi pour donner vie à nos montres : le Miyota 9015. Certains se demandaient pourquoi nous n’avions pas proposé de modèles à quartz, tandis que d’autres nous questionnaient sur les mouvements ETA. Dans un article précédent, nous avions expliqué notre volonté de proposer des montres automatiques plutôt que des mouvements à quartz. Aujourd’hui, nous allons donc nous attarder sur les différences entre le mouvement ETA et le Miyota 9015 et pourquoi nous avons choisi celui-là.


MIYOTA 9015 vs ETA 2428

Concentrons-nous, en premier lieu, sur les nombreuses similarités. Les deux mouvements automatiques, l’un japonais l’autre suisse, possèdent une fréquence de 28 000 A/H, c’est-à-dire 4 HZ. A quoi ce chiffre correspond-il ? Il s’agit du nombre d’oscillation, plus la fréquence est élevée, plus grande est la précision. Le nombre de rubis lui aussi est pratiquement égal avec 24 pour le Miyota et 25 pour l’ETA. Ces pierres, qui avant étaient gage de qualité, permettent surtout d’augmenter la précision de la montre et aussi sa durée de vie en réduisant les dommages aux points d’usures.

Le diable étant dans les détails, passons aux différences. Comme nous l’avons dit un peu plus tôt, l’un est fabriqué au Japon issu de 100 ans de tradition et d’innovation horlogère : le Miyota 9015. L’autre mouvement, l’ETA 2824, suisse, est produit par le groupe Swatch.

Article | mouvement Miyota 9015 VS ETA 2824

La première différence se situe au niveau du prix de production. Le mouvement suisse 2824 est légèrement plus cher que le 9015 (nous permettant ainsi d’offrir nos montres au prix que nous proposons).  Cependant, notre choix s’est aussi concentré sur un autre critère très important : les dimensions. De diamètres pratiquement égaux, 26 mm pour le Miyota et 25,6mm pour l’ETA, la différence se fait réellement ressentir au niveau de l’épaisseur du mouvement : 3,9 mm pour le japonais et 4,6 mm pour le suisse. Ce dernier point est essentiel pour les montres Beaubleu car nous voulions vous proposer une montre automatique fine (9,5 mm d’épaisseur) ce qui n’aurait pu être possible avec un ETA (environ 11/12 mm).

Il nous reste maintenant deux éléments à comparer : la réserve de marche (temps de marche lorsque la montre n’est pas en mouvement, avant de s’arrêter) et la précision. Le Miyota 9015 possède donc une réserve de marche de 42 heures et une précision de 12 à 30 secondes par jour, tandis que l’ETA 2824 a 38 heures de réserve et 10 à 30 secondes par jour de précision.

Article | miyota 9015 VS ETA pour les montres Beaubleu

Le mouvement automatique Miyota 9015, grand vainqueur pour nos montres Beaubleu

Vous l’aurez compris, le Miyota 9015 a largement fait ses preuves à nos yeux.

Ici pas de chauvinisme primaire, mais des choix pertinents et pragmatiques sur l’offre que nous voulions proposer. Un mouvement aux dimensions contenues  pour une montre fine et élégante. Une manufacture reconnue pour sa précision et une réserve de marche suffisante pour vous accompagner lors de vos longues soirées.

Et comme vous le savez, seule l’expérience est juge, et après 3 ans d’expérience avec le Miyota 9015 animant la première collection B01, toute la communauté Beaubleu est aujourd’hui convaincue de sa fiabilité et robustesse.

Vous voilà donc fin prêt pour discuter avec vos proches de l’importance et la pertinence de ce choix de mouvement automatique en tant que fier Ambassadeur Beaubleu.

En vous souhaitant des heures merveilleuses.

Noémie

Article | Quel mouvement automatique pour animer nos montres ? Beaubleu

Vous l’avez compris, notre nouvelle Collection Union va être disponible à la précommande à partir du 29 février à 00:01. Pour centraliser et simplifier le processus de précommande, tout se fera via la plateforme de financement Kickstarter. Vous ne connaissez pas ? Pas d’inquiétude, cet article est fait pour vous expliquer comment fonctionne de cette plateforme et les étapes simples qu’il faudra suivre pour précommander votre montre.

Kickstarter, qu’est-ce que c’est ?

Kickstarter est une plateforme de financement avec un objectif à atteindre pour lancer la production. L’avantage indéniable de ce procédé est que vous prenez part activement à l’aventure Beaubleu avec l’opportunité d’accéder à nos montres en avant-première. Notre but est d’atteindre et de dépasser  notre objectif – sky is the limit – lorsque la campagne de précommande prendra fin, nous lancerons immédiatement la fabrication de votre montre.

Comment ça marche ?

Notre page Kickstarter sera mise en ligne le 29 février à 00:01. Cette page vous donnera accès à tous les détails concernant la nouvelle collection, de la création à la chaine de production. Après avoir pris connaissance de notre projet (si vous ne le connaissiez pas déjà), voici les 3 étapes simples à suivre pour précommander votre montre :

1. Sélection de votre récompense

Une fois sur notre page Kickstarter, sur votre droite, vous verrez une colonne avec les différentes contributions/récompenses correspondants à nos offres. Il suffit alors de sélectionner celle de votre choix. Un montant, de la valeur de la récompense va automatiquement être proposé. Si vous prenez des options supplémentaires il faudra ajouter leur montant à la valeur indiquée.

2. Inscription & paiement en quelques clics

Après avoir sélectionner votre contribution/récompense, vous serez invité à vous inscrire en quelques secondes. Après avoir rempli rapidement vos données personnelles, vous serez automatiquement redirigé vers la page de paiement, étape finale de votre précommande. 

3. Choix de votre montre & options

Lorsque notre campagne Kickstarter se clôturera (5 Avril), nous vous enverrons un questionnaire sur le(s) choix de montre ainsi que les options possibles (bracelets, gravures, etc.). 
Enfin, nous vous tiendrons informé sur les différentes étapes de la fabrication jusqu’à la réception de votre montre en juillet

L’aventure Beaubleu continue de s’écrire, et cela grâce à vous. Votre soutien sur Kickstarter va nous permettre de nous étendre et de nous faire connaitre à l’international. On vous donne donc rendez-vous le samedi 29 février pour commencer ce nouveau chapitre ensemble !

Encore merci pour votre soutien et votre enthousiasme.

En vous souhaitant des heures merveilleuses.

L’équipe Beaubleu

Quelque chose se prépare, d’ailleurs vous avez surement déjà vu les aperçus sur Instagram. Certes les images sont floues, mais il faut savoir faire durer le suspense… Nous allons bientôt vous les dévoiler et cette fois-ci, les femmes seront de la partie. En attendant, si nous partagions avec vous notre vision de la montre pour femme ? On a déjà entendu dire que la femme était l’avenir de l’homme, et si elle était aussi l’avenir de l’horlogerie…

Faisons un point sur la montre pour femme

Si la montre est l’unique bijou de l’homme qu’en est-il pour la femme ? Elles étaient pourtant les premières à porter la montre bracelet, quand les hommes ne voulaient se détacher des montres de poche… Cependant, rapidement les femmes ont été mises dans une case « superficielles », répertoriées comme étant plus intéressées par l’aspect esthétique (toujours plus de paillettes s’il vous plait) de la montre que par la beauté du mécanisme qui l’anime. Ainsi, les horlogers leurs ont imposé des mécanismes à quartz, considérés comme moins prestigieux et ne nécessitant aucun remontage (comme si les femmes étaient flemmardes). Aujourd’hui les femmes veulent sortir de ces cases, créées à leur insu, en allant piquer des modèles parmi les montres pour homme. Face à cette volonté, certaines marques se sont dit que prendre le modèle masculin et en faire une montre pour femme pourrait marcher. Mais est-ce vraiment suffisant ?

Voici ce que nous en pensons chez Beaubleu…

Nous avons la sensation que les femmes ont été complètement oubliées par l’industrie horlogère. A y réfléchir, ce n’est pas qu’une sensation, elles ont vraiment été oubliées ! Malgré les efforts des marques aujourd’hui pour rétablir la place de la montre pour femme, nous pensons qu’adapter des modèles masculins déjà existants est vraiment loin d’être suffisant. Comme les hommes, les femmes méritent qu’on pense à leurs propres modèles, que ce soit au niveau du mécanisme ou bien simplement du design plus recherché et de la poésie que dégage la montre dans sa globalité. Après tout, la montre n’est-elle un moyen de personnaliser le temps et dont le symbole n’est pas forcément des papillons et des fleurs partout ?  

beaubleu-montre-automatique-aiguilles-rondes-circulaires-collection-union-details-RD-vert

Au final, aujourd’hui que veulent les femmes ? Qu’il n’y ait plus cette distinction permanente homme/femme. Quelle meilleure idée pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité que créer une seule et même collection pour tous ? Une collection qui a été pensée autant pour la femme que pour l’homme. Cette nouvelle collection universelle définie notre vision de l’horlogerie pour la femme : lier la poésie de nos aiguilles rondes qui tournoient à l’innovation du mouvement automatique qui anime nos montres. Il est donc temps de se recentrer sur le plaisir de porter une montre et de ce qu’elle exprime pour vous, plutôt que de savoir si elle a été créée pour les hommes ou pour les femmes.

Dans un article précédent, nous vous avions parlé des aiguilles rondes Beaubleu qui proposent une nouvelle vision du temps ainsi qu’une lecture plus poétique de l’heure. Maintenant nous aimerions vous faire remonter le temps pour vous raconter l’histoire des aiguilles et comment elles influencent le design d’une montre.

Tout a commencé avec une seule aiguille. Rappelez-vous des cadrans solaires dont nous vous avions parlé. L’ombre du soleil sur une surface plane permettait de déterminer le moment de la journée. Cette ombre déportée a fait naitre l’aiguille des heures, qui était alors seule jusqu’en 1691. C’est à partir de cette date, suite à l’invention du spiral, qui donna plus de précision, que l’aiguille des minutes fut inventée par Daniel Quare. C’est ensuite en 1812 que la première fabrique d’aiguilles est créée par Charles Wagnon. D’autres fabriques furent créées et il sortit plus de 400 forme d’aiguilles. Malgré les différentes sortes d’aiguilles qui existent, elles ont toutes la même composition : la base, le cou, la tête et le corps. Et si nous vous parlions des plus importantes ?  

Les aiguilles bâtons

Faisant partie des plus classiques, les aiguilles bâtons sont d’une forme droite et uniforme, relativement épaisses. Elles peuvent également avoir un bout en forme de pointe.

Les aiguilles glaives

Comme leur nom l’indique, elle prenne la forme d’un glaive pour indiquer l’heure. Elles sont surtout présentes sur les montres militaires ou celles de plongée.

Les aiguilles dauphines

Les aiguilles dauphines reprennent la forme d’un triangle allongé avec un certain relief au centre. Ce relief est dû à la présence de facettes.

Les aiguilles Breguet

Inventée en 1783 par le célèbre horloger Abraham Louis Breguet, cette aiguille fine et légère possède en son extrémité une line évidée.

Les aiguilles squelettes

Ce type d’aiguilles laissent entrevoir le cadran qui se situe dessous. Elles ont simplement été découpé fin d’ouvrir leur corps.

Les aiguilles lances

Les aiguilles lances disposent d’une forme plus marquante, avec une pointe en forme de flèche assez large prenant la forme d’un triangle. Ce type d’aiguilles est plus souvent utilisé dans les montres sportives, reconnues pour leur grande lisibilité.

Les aiguilles Beaubleu

L'aiguilles ronde signature Beaubleu

Les aiguilles circulaires, signature Beaubleu, offre une lecture de l’heure plus poétique. Contrairement aux autres aiguilles qui pointent un temps absolu, les aiguilles Beaubleu indiquent une position qui marque un moment.

Les aiguilles sont au cœur du cadran et donc du design de la montre. Ce sont elles qui font pencher la balance lorsqu’il s’agit de l’apprécier ou non, de donner un caractère à la montre. Pour certains modèles, elles deviennent même une référence. Comme pour nos montres Beaubleu, que seraient-elle sans leurs aiguilles rondes ?

Au fil du temps, certains usages et/ou usures peuvent entrainer l’infiltration d’eau dans votre montre automatique. Que ce soit dû à une mauvaise manipulation de la couronne ou les joints d’étanchéité qui fatiguent, il est important de vous diriger vers votre horloger ou le SAV. Plus vous attendrez, plus les conséquences seront graves. Mais pas de panique, on vous explique tout ça. (more…)

L’histoire du temps fait parti de celle de l’Homme. Il a besoin de mesurer le temps pour administrer son quotidien et appréhender son environnement. Au cours de l’Histoire, il a réussi à confectionner des outils permettant de gérer ce temps en fonction de ses besoins. Optimiser les récoltes agricoles, consolider les structures sociales et gérer les échanges commerciaux. Mais alors, quels sont ces outils qui ont permis à l’Homme de diviser sa journée en 24 heures ?

Les premiers outils pour mesurer le temps : du cadran solaire jusqu’au sablier

L’histoire du temps commence avec les cadrans solaires. Âgés de plus de 5000 ans, les premiers cadrans solaires déployés par l’homme sont les obélisques. Le cadran solaire permet de mesurer le temps grâce à l’ombre projetée d’un petit bâton sur la surface du cadran. Ce petit objet est appelé gnomon. Correctement construit, un cadran solaire peut mesurer le temps avec une précision remarquable. Mais cet outil à ses limites : il est inutilisable quand le soleil se couche.
L’homme a su faire preuve d’ingéniosité pour pallier ce problème. En passant par la bougie, la montre à eau et au sablier. Ce dernier était très utilisé par les marins au 14e siècle pour calculer le temps sur une période prédéterminée. Contrairement à ses paires, le sablier n’était pas altéré par son environnement et se transportait facilement.

Les premières Horloges Mécaniques

C’est au début du 11e siècle que la première horloge mécanique voit le jour des mains du pape Sylvester II. L’histoire du temps connait sa première grand évolution. Sa création se répand rapidement et devient populaire au cours du 14e siècle dans toute l’Europe. Ces horloges, du fait de leurs tailles, étaient placées sur les cathédrales et les églises.
En s’appuyant sur les travaux de Galilée, Christian Huygens construira la première horloge à pendule qui améliora la précision des horloges existantes. On doit à Peter Henlein la première montre portable, qui apparaît au 16e siècle. Cette innovation est le début d’une révolution dans l’industrie de l’horlogerie qui débouchera, par la suite, sur les précieux garde-temps que l’ont connaît.

L’horloge solaire régissait le rythme de la cité puis l’horloge celui du le foyer, les temps modernes ont produit par la suite la montre. L’outil devient un bijou, il ne s’agit plus de porter le temps au poignet mais de lui donner sa personnalité. Une fois de plus, vous voilà donc équipé pour pavaner devant vos amis sur l’horlogerie et les origines de Beaubleu.

Galileo, inspirations pour le travail des aiguilels rondes Beaubleu

Galileo et carnet de croquis – Travil sur les aiguilles rondes Beaubleu

Au cours de l’histoire du temps, les gardes temps ont pris différentes formes. L’horloge est une remarquable invention qui permet à l’Homme de connaître l’heure à un moment voulu. Elle donne la possibilité d’établir un événement avec une grande précision. Pendant quelques siècles, les montres de poche furent les garde-temps les plus utilisés. Alors comment la montre-bracelet a-t-elle pu devenir si populaire ?

L’histoire du temps évolue avec la Guerre

Au cours de l’histoire du temps, les montres bracelets ont longtemps été considérées comme inférieures aux montres de poche par les hommes. Efféminé, assujetti à la rouille et trop fragile : la montre-bracelet n’était pas faite pour le quotidien des messieurs. De plus, le mécanisme de ces dernières était bien trop petit pour avoir une heure précise.
Au cours du 19e siècle, les soldats avaient besoin de coordonner leurs attaques en utilisant leurs montres. Cependant, il devenait difficile de manœuvrer son cheval, manipuler son arme et de regarder l’heure. Pour pallier à ces problèmes, un épais bracelet en cuir avec une surface creuse pouvant contenir ces montres fait son apparition. Toutefois, une fois le champ de bataille quitté, les montres retournent dans la poche de leurs propriétaires.

La montre-bracelet accepter par les mœurs

Watch Lumineux Beaubleu

Durant la Première Guerre mondiale, le timing et la clarté des informations étaient la clé du succès. Il était de plus en plus important que chacun des soldats puisse avoir accès à l’heure rapidement. Les horlogers anglais ont eu du mal à gérer les productions en passant du format de poche au format bracelet. Leurs voisins suisses, maîtrisant les plus petits mouvements, ont trouvé facile la transition vers les montres- bracelets jusqu’à faire de l’ombre à l’industrie anglaise.
La montre-bracelet devient essentielle en temps de guerre et un accessoire masculin populaire chez les civils européens. Surpris de voir les Anglais porter des accessoires aussi efféminés, les Américains vont à leurs tours adopter rapidement cette nouvelle mode de montre au poignet. L’essor de ces dernières signera la capitulation des montres de poche.

Vous voilà maintenant un peu mieux informé pour briller en soirée ! N’hésitez pas à vous abonner pour recevoir les actualités et nouveautés autour des montre-bracelet Beaubleu.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

De l’artisanat parisien à la création sur mesure, on voulait vous présenter notre dernière découverte et inspiration : L’atelier Penso. Il nous partage sa vision du temps et du travail bien aimé.

Voyage en Artisanat

Quand vous rencontrez un artisan, c’est toujours un voyage avant même d’échanger un regard. Au détour d’un café de quartier du XIXème arrondissement de Paris, vous vous faufilez derrière une porte donnant sur cette cour pavée typiquement parisienne. Vous voilà arrivé devant cette porte verte d’atelier qui dégage déjà l’odeur noble du cuir et l’huile des machines du siècle dernier. Cuir Atelier Penso Beaubleu « Salut mec » – Adrien Penso, s’avance à vous du fond de son atelier en vous tendant son poignet la main sale pour vous saluer. T-shirt noir aux manches retroussées, pantalon noir en toile, sneakers, bagues argentés et tatouages symboliques, sourire bienveillant et dégaine de titi parisien, ce n’est pas l’ancien escrimeur de haut-niveau ou même le diplômé de l’ESCP qui vous accueille mais l’artisan Adrien derrière l’Atelier Penso. Créateur maroquinier, Adrien (Penso) choisit, découpe, filete, tend, pose, calle, presse, coud, assemble le cuir haut-de-gamme qui fera naître ses sacs pour homme et femme. De l’intuition qui se dessine en idée à la pose de initiales sur un sac, Adrien veille aux moindres détails – « avec un cuir comme ça, ça doit être quali » dit ce dernier avant d’empoigner une immense peau de sous la table de découpe. Intemporel et épuré, le design de ses créations s’accompagne toujours de différentes personnalisations. Comme son porteur, le sac va vivre, se rider et se tanner pour laisser apparaître les marques du temps ; car comme Adrien le dit « le temps, c’est tant qu’on est vivant ».

Fluctuat Nec Mergitur

Travailler avec des artisans, ce n’est pas de penser à la finalité du produit mais bien à tous ces infimes petits gestes qui forgent une pièce d’exception. Parce qu’au fond qu’est ce que l’artisanat – avant d’être une discipline, c’est avant tout une philosophie où l’imagination devient réalité. Prenez une pièce de cuir ou un bloc d’acier et cela devient votre file d’Ariane de l’idée à la réalisation. Vous pouvez avoir le processus de fabrication le plus élaboré, chaque objet sera différent, unique et atypique car il est le résultat d’une humeur, d’une expertise, d’un coup de folie, d’une inattention et d’une technique. Chaque artisan dépose son souhait du travail bien fait et pour Beaubleu comme pour L’Atelier Penso, c’est d’abord une histoire du travail bien aimé. Créer des pièces d’exception véhiculant un caractère et une aspérité- car il s’agit bien de cela, tous les détails et les marques du temps vont imprégner le produit, il va s’user, se patiner, s’érafler mais nous survivra. Rien d’étonnant donc de partager cette vision commune entre Beaubleu, L’Atelier Penso et Paris :

FLUCTUAT NEC MERGITUR « battu par les flots, mais ne sombre pas »

gravure initiale Beaubleu Montre Le Lumineux sac Atelier Penso et montre BeaubleuAdrien de l'atelier Penso