Dans quelques jours, nous finirons l’assemblage des premières montres de la Collection Union. Malheureusement nous avions dû annoncer un léger retard, mais nous nous sommes activés pour raccourcir au maximum les délais de livraison de vos montres, notamment grâce au service express. Alors avant cette dernière délicate ligne droite, petit retour en arrière lorsque nos horlogers ont récupéré toutes les pièces séparées : cadrans, boitiers, aiguilles, sans oublier les mouvements afin de les assembler et d’en faire vos montres. Aujourd’hui, nous partons du principe que vous avez suivi toutes les étapes de la fabrication de votre montre, donc à présent, que diriez-vous de découvrir comment nous les assemblons ?

Commençons par le commencement, en face de nous, nous avons les différentes pièces nécessaires à cette étape finale.

Production et assemblage montre automatique Collection Union Beaubleu Paris

Phase 1 : Assemblage et réglages du mouvement

Pièce maitresse de la montre, le mouvement est composé d’une centaine de pièces qui une fois assemblées, doivent respecter une précision bien définie. Chaque mouvement doit être gravé avec le logo et nom de la Maison (sur le balancier), vérifié, puis réglé à l’aide raquette de réglage. Une fois cette opération terminée, nous pouvons passer à la pose du cadran.

Beaubleu Paris production et assemblage des montres de la Collection Union avec mouvement automatique

Phase 2 : installer le cadran sur la platine

La première étape de l’assemblage des montres de la Collection Union consiste à ajouter les aiguilles au cadran. Pour se faire, nous plaçons les deux pieds au dos du cadran dans la platine (ici, il ne s’agit pas du matériau mais de la plaque de base qui soutient l’ensemble des composants du mouvement automatique). On place ensuite la tige de remontoir à 3 heures. Il s’agit après de visser les vis au flan de la platine, dans les trous correspondants. Durant cette phase, il faut faire très attention aux pieds du cadran qui sont fragiles, il ne faut surtout pas forcer.

Phase 3 : la pose des aiguilles rondes sur le cadran

Pour cette seconde phase de l’assemblage de la Collection Union, processus délicat, nos horlogers s’arment de toute leur patience, et d’un chasse aiguille. La première étape consiste à aligner l’aiguille des heures bien en face du 12. Ici, la difficulté est de poser l’aiguille proche du cadran, sans pour autant qu’elle touche les index. Ensuite, notre horloger fait plusieurs tours pour vérifier que rien ne l’empêche de tourner.

Pour l’aiguille des minutes, nous répétons la même opération. Il faut qu’elle soit presque collée à l’aiguille des heures (0,2 mm), sans la toucher. La difficulté avec nos aiguilles rondes réside dans son positionnement face au 12 et sans les plier. Puis nous effectuons les tours de vérification comme l’étape précédente.

Pour vérifier le placement des aiguilles, l’horloger les place à 18h. Si les 2 aiguilles sont parfaitement alignées, la pose des aiguilles a été correctement effectuée, et nous pouvons passer à la pose de l’aiguille des secondes. En revanche, si elle n’est pas correctement effectuée, il faut retirer les deux aiguilles à l’aide d’un cache cadran et un chasse-aiguille, indispensable pour éviter les rayures.

Une fois les vérifications faites, il est temps de passer à l’aiguilles des secondes, la plus grandes des aiguilles circulaires. Celle-ci n’est pas dotée d’une pastille à son extrémité contrairement aux deux autres aiguilles, et c’est à ce moment qu’on ressent vraiment toute la concentration de nos horlogers. Il faut la manipuler avec douceur pour ne pas risquer de la plier, et il faut la positionner à sa bonne place. C’est un processus méticuleux car les horlogers doivent faire preuve de délicatesse afin de ne pas endommager l’ensemble.

Production, assemblage et pose des aiguilles rondes sur le cadran de montre de la collection Union Beaubleu Paris dans notre atelier horloger

Lorsque les trois aiguilles circulaires sont impeccablement placées, nous vérifions la propreté du cadran, du boitier et du verre. On enlève les traces de doigt et dernières poussières à l’aide d’un Rodico et d’un chiffon microfibre.

Phase 4 : assemblage

Vous l’aurez compris, avant et après chaque manipulation, il faut nettoyer la pièce car si une poussière est coincée dans un des éléments, il faudrait démonter entièrement la montre.

Ensuite, nous retirons la tige de remontoir et nous plaçons le mouvement automatique dans le boitier. Lors de cette étape, il faut bien faire attention au sens dans lequel le mouvement est positionné. En effet, l’espace qui accueille la tige de remontoir doit être en face des 3h heures. Afin de maintenir le mouvement pour continuer l’assemblage, nous remettons la tige de remontoir, juste après la vérification propreté (encore, et oui il faut bien prendre toutes ces précautions pour éviter des petits problèmes plus tard). Le mouvement automatique est bien propre et il est temps de l’installer dans le boitier sans oublier le cercle d’emboitage qui permet de maintenir le mouvement à sa bonne place. Nous pouvons donc fermer le boitier avec 4 vis dans le fond de boite.

Production et assemble du mouvement automatique de montre de la collection Union Beaubleu Paris dans notre atelier horloger

A présent, il va falloir couper la tige de remontoir à la bonne longueur puis on lime et on y visse la couronne, sans forcer, tout est une question de délicatesse et douceur en horlogerie.

Allez, encore une petite dernière vérification pour les poussières et traces de doigts. Et l’assemblage sera enfin terminé, il ne reste plus qu’à ajouter votre bracelet.

Un bracelet interchangeable avec boucle déployante pour la Collection Union

En parlant de bracelet, faisons une petite parenthèse avant de conclure. Étant équipé d’une pompe flash, il est facilement interchangeable chez vous et sans outil. De plus, pour la première fois, nous proposons les bracelets avec une boucle déployante. Qu’est-ce que ça change ? Pas mal de choses, mais surtout ce type de boucle rend le bracelet plus durable en l’abimant moins étant donné qu’une fois réglé, plus besoin de le toucher. Les boucles déployantes sont assorties au boitier, Or Rose pour l’Audace et l’Olympe et Acier pour les autres modèles.  

C’est donc sur cette note que se termine notre carnet de la production. Vous êtes maintenant fin prêt pour jouer votre rôle d’ambassadeur et connaisseur d’horlogerie. Nous continuerons à partager avec vous toutes les étapes de notre belle aventure et bien sûr si vous avez des questions ou souhaitez des précisions sur certains points, nous nous ferons un plaisir d’y répondre. N’hésitez donc pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

A présent, il est temps pour nous d’assurer la fin de l’assemblage et de finir les contrôles avant l’envoi à nos chers nos Ambassadrice et Ambassadeurs (réception avant Septembre).

En vous souhaitant des heures merveilleuses

L’équipe Beaubleu

La production suit son cours. Après les cadrans, puis les boitiers, et les bracelets, nous en arrivons maintenant à la fabrication des aiguilles rondes, signature de la Maison Beaubleu. Dans le style d’une montre, les aiguilles sont des éléments petits mais très important. A vrai dire, elles sont un véritable élément moteur dans notre identité, le point de ponctuation dans l’habillement de nos montres.

Nous avons l’habitude de vous écrire cette série d’articles sous forme de journal de bord, pour la fabrication des aiguilles rondes, nous allons plutôt vous expliquer les différentes étapes en fonction des différents traitements que les aiguilles subiront.

Tout débute donc avec de simples bandes d’acier laminé d’une épaisseur allant de 0,1 mm à 0 ,3 m, la largeur est variable selon les types d’aiguille. Ensuite, nous réalisons les trous pilotes qui permettront de positionner l’aguille lors des passages dans les différentes machines. Toutes ces opérations s’effectuent sur la bande même, de la découpe aux différents traitements de l’acier jusqu’à la couleur ou le traitement SuperLuminova.

Au regard la finesse des pièces et des aléas d’une production en générale, toutes les aiguilles ne seront pas utilisables. En effet, elles doivent correspondre à nos standards de qualité comme leur dimension 0,001 mm près, avec zéro déformation et d’un traitement de couleur sans poussière, rayure ou bulle.

Avant de réaliser les différents traitements des bandes d’acier, nous les divisons en plusieurs lots, chacun correspondant à un traitement de couleur différent : la peinture en spray pour les couleurs mates, le traitement SuperLuminova, le traitement PVD et le traitement pour les aiguilles bleuies.

Les couleurs mates des aiguilles rondes

Concernant le traitement pour obtenir les couleurs mates sur nos aiguilles rondes, nous appliquons plusieurs couches de peinture en spray avec un temps de séchage entre chaque couche posée. Ici, la difficulté est d’obtenir l’épaisseur la plus fine possible et des couches parfaitement lisses, afin de ne pas provoquer de frottement lors de l’assemblage de la montre plus tard.

Chaque mauvais mouvement entraine la perte définitive du lot. Donc avant chaque passage, nous réalisons un test pour s’assurer de la qualité.

Beaubleu collection Union montre automatiques aiguilles rondes

Des aiguilles rondes Beaubleu qui brillent grâce au traitement SuperLuminova

Tout d’abord qu’est-ce qu’une aiguille SuperLuminova ? Il s’agit d’une aiguille qui s’illumine dans l’obscurité grâce à la lumière emmagasinée auparavant, ce qui vous permet de lire l’heure en toute circonstance. Donc la question qui va vous venir en tête maintenant : comment rend-on les aiguilles luminescentes ? Rien de plus simple (ou pas, car nous avons les mêmes risques que pour l’application de la peinture de couleur), il faut appliquer un produit ressemblant à une pâte (non radioactive bien sûr) sur la plaque métallique. Il faut faire très attention à ne pas gaspiller du produit, car il a un coût bien plus important que les autres traitements, du fait de sa rareté.

beaubleu collection union montre automatique aiguilles rondes lminescentes SuperLuminova

Traitement PVD

Pour le traitement PVD, il s’agit de teinter directement la matière en profondeur en plongeant les pièces dans un bain. Ainsi, nous obtenons un effet durable et une couleur identique au boitier pour l’Olympe et l’Audace.

Les aiguilles bleuies, une technique spéciale nécessitant un savoir-faire horloger minutieux

Le processus de bleuissement des aiguilles en acier est différent du processus d’application d’une couleur. Des lots d’une dizaine d’aiguilles sont chauffés pendant quelques minutes dans des fours d’une très grande précision. Le fait de les chauffer à une certaine température permet la formation un film d’oxyde.

Si vous voulez en savoir plus, direction un article que nous avons consacré, il y a quelques temps, à cette technique de coloration.

Beaubleu montre automatique aux aiguilles rondes Intrepide Blanc Albatre avec cornes en acier

Découpage et finitions

Après le découpage par étampage, les aiguilles rondes Beaubleu sont finalement isolées de la bande et manipulées individuellement à l’aide d’une pince brucelles.

Cependant, le découpage n’est pas l’étape finale, bien au contraire. Une succession d’étapes s’enchainent pour donner la forme définitive de nos aiguilles. Elles sont entrecoupées de séances de lavage et de polissage afin d’éliminer les impuretés.

Enfin, avant d’être ajoutées à la montre, les aiguilles circulaires sont minutieusement contrôlées, qu’il s’agisse de la taille, de la forme ou des couleurs, elles doivent être impeccable afin de ne pas interagir avec d’autres éléments du cadran.

Le défi ici est d’avoir à la fois des aiguilles parfaitement plates et suffisamment légères, pour des raisons de portance, mais assez solides pour ne pas se plier et risquer de toucher les autres aiguilles.

Ainsi s’achève l’avant-dernière partie de notre journal de bord, ensuite nous procèderons à l’assemblage. Le mouvement Miyota 9015, décoré du logo « Beaubleu », y sera ajouté puis nous effectuerons tous les tests et vérifications nécessaires. Il ne manquera plus que la touche finale, les bracelets et leur boucle déployante, nouveauté qui apporte à la fois confort, élégance et sécurité pour la Collection Union !


Vous avez été nombreux à nous poser des questions relatives au mouvement automatique que nous avons choisi pour donner vie à nos montres : le Miyota 9015. Certains se demandaient pourquoi nous n’avions pas proposé de modèles à quartz, tandis que d’autres nous questionnaient sur les mouvements ETA. Dans un article précédent, nous avions expliqué notre volonté de proposer des montres automatiques plutôt que des mouvements à quartz. Aujourd’hui, nous allons donc nous attarder sur les différences entre le mouvement ETA et le Miyota 9015 et pourquoi nous avons choisi celui-là.


MIYOTA 9015 vs ETA 2428

Concentrons-nous, en premier lieu, sur les nombreuses similarités. Les deux mouvements automatiques, l’un japonais l’autre suisse, possèdent une fréquence de 28 000 A/H, c’est-à-dire 4 HZ. A quoi ce chiffre correspond-il ? Il s’agit du nombre d’oscillation, plus la fréquence est élevée, plus grande est la précision. Le nombre de rubis lui aussi est pratiquement égal avec 24 pour le Miyota et 25 pour l’ETA. Ces pierres, qui avant étaient gage de qualité, permettent surtout d’augmenter la précision de la montre et aussi sa durée de vie en réduisant les dommages aux points d’usures.

Le diable étant dans les détails, passons aux différences. Comme nous l’avons dit un peu plus tôt, l’un est fabriqué au Japon issu de 100 ans de tradition et d’innovation horlogère : le Miyota 9015. L’autre mouvement, l’ETA 2824, suisse, est produit par le groupe Swatch.

Article | mouvement Miyota 9015 VS ETA 2824

La première différence se situe au niveau du prix de production. Le mouvement suisse 2824 est légèrement plus cher que le 9015 (nous permettant ainsi d’offrir nos montres au prix que nous proposons).  Cependant, notre choix s’est aussi concentré sur un autre critère très important : les dimensions. De diamètres pratiquement égaux, 26 mm pour le Miyota et 25,6mm pour l’ETA, la différence se fait réellement ressentir au niveau de l’épaisseur du mouvement : 3,9 mm pour le japonais et 4,6 mm pour le suisse. Ce dernier point est essentiel pour les montres Beaubleu car nous voulions vous proposer une montre automatique fine (9,5 mm d’épaisseur) ce qui n’aurait pu être possible avec un ETA (environ 11/12 mm).

Il nous reste maintenant deux éléments à comparer : la réserve de marche (temps de marche lorsque la montre n’est pas en mouvement, avant de s’arrêter) et la précision. Le Miyota 9015 possède donc une réserve de marche de 42 heures et une précision de 12 à 30 secondes par jour, tandis que l’ETA 2824 a 38 heures de réserve et 10 à 30 secondes par jour de précision.

Article | miyota 9015 VS ETA pour les montres Beaubleu

Le mouvement automatique Miyota 9015, grand vainqueur pour nos montres Beaubleu

Vous l’aurez compris, le Miyota 9015 a largement fait ses preuves à nos yeux.

Ici pas de chauvinisme primaire, mais des choix pertinents et pragmatiques sur l’offre que nous voulions proposer. Un mouvement aux dimensions contenues  pour une montre fine et élégante. Une manufacture reconnue pour sa précision et une réserve de marche suffisante pour vous accompagner lors de vos longues soirées.

Et comme vous le savez, seule l’expérience est juge, et après 3 ans d’expérience avec le Miyota 9015 animant la première collection B01, toute la communauté Beaubleu est aujourd’hui convaincue de sa fiabilité et robustesse.

Vous voilà donc fin prêt pour discuter avec vos proches de l’importance et la pertinence de ce choix de mouvement automatique en tant que fier Ambassadeur Beaubleu.

En vous souhaitant des heures merveilleuses.

Noémie

Article | Quel mouvement automatique pour animer nos montres ? Beaubleu